ÉTATS DES LIEUX / DIAGNOSTIC

Les données comprises dans ce rapport proviennent de deux sources distinctes : premièrement, le Sommet Jeunesse lui-même a révélé plusieurs éléments marquants de la vie des jeunes de la région. Les autres statistiques proviennent de la Planification axée sur la communauté, une étude initiée par les membres de la Table Réalité Jeunesse du Granit et qui a permis, en 2013, de sonder plus de 600 étudiants de la région sur leurs besoins. Quatorze organismes dont le mandat touche cette clientèle ont aussi été sondés. Bien que réalisée avant la tragédie ferroviaire, cette étude relève plusieurs informations pertinentes pour la démarche Réinventer la Ville, d’où l’intérêt d’en tirer profit encore aujourd’hui.

Sur le plan démographique, il faut savoir que la MRC du Granit est la plus vaste de l’Estrie. En 2012, 22 259 personnes y habitaient, dont 4 570 jeunes âgés entre 5 et 24 ans. LacMégantic représente le plus important pôle économique et social de la MRC, et la majorité des jeunes bénéficient des services de la ville, entre autres en fréquentant les infrastructures scolaires qui s’y trouvent. Actuellement, outre la polyvalente Montignac qui accueille les étudiants de niveau secondaire, les jeunes peuvent fréquenter le Centre d’Études collégiales de Lac-Mégantic, le Centre de formation professionnelle Le Granit ou le Centre d’Éducation des Adultes de Lac-Mégantic.

Voici certaines statistiques importantes que révèle la Planification axée sur la communauté quant aux réalités que vivent les jeunes de la région :

  • Les jeunes ont peu de lieux de socialisation réellement adaptés à leurs besoins : Les parcs ainsi que les parcs-écoles sont le deuxième lieu de socialisation le plus populaire, tout de suite après l’école. Or, les parcs ne sont pas réellement aménagés pour les jeunes de cette tranche d’âge. Plusieurs intervenants rencontrés mentionnent également le fait que les jeunes ont peu ou pas de lieux positifs où se rassembler.
  • Les jeunes rencontrent trois principaux obstacles à leur participation à des activités de loisirs : 57,8 % des jeunes soulignent qu’ils participent à des activités à l’extérieur de l’école (natation, baseball, danse, hockey, soccer, équitation, cadets, bénévolat, cours de musique ou de chant, etc.). Toutefois, près d’un tiers des jeunes (30,6 %) affirment avoir de l’intérêt à pratiquer d’autres activités, mais ne pas pouvoir le faire. Les principaux obstacles qui 4 contraignent les jeunes sont l’absence d’offre permettant de pratiquer cette activité, le coût trop élevé de celle-ci ainsi que le manque de transport disponible. –
  • Une proportion significative des jeunes qui ne s’impliquent pas expliquent leur désengagement par le manque de ressources : 8,2 % des jeunes mentionnent qu’ils ne s’impliquent pas dans la communauté parce qu’ils ne savent pas comment faire et 18,7 % parce qu’ils ne savent pas où s’impliquer.
  • Les jeunes se sentent impuissants face à leur milieu : 39 % des jeunes croient pouvoir avoir aucun impact sur leur milieu. En groupe de discussion, plusieurs jeunes ont exprimé qu’ils ne se sentent pas écoutés et qu’ils ne croient pas qu’on leur accorde suffisamment de place.
  • Une part importante des jeunes pense quitter la MRC du Granit pour les études : la majorité de ceux-ci souhaiteraient toutefois revenir si les conditions étaient favorables (emplois de qualité, services, réseaux d’amis, etc.).

Lors du Sommet jeunesse tenu le 12 février, nous avons demandé aux participants de prioriser quels besoins ils souhaitaient voir comblés dans le nouveau centre-ville de Lac-Mégantic. Ils souhaitent se divertir (26%), bouger (23%) et se rassembler (19%). Ils veulent aussi pouvoir manger (8.6%), se déplacer (6.4%), être confortable (5.9%) magasiner (4.8%), se sentir accueillis (3.2%) et être informés (2.1%). Il s’agit là des besoins nommés par les jeunes, mais notons que ces besoins sont directement liés à des besoins fondamentaux, soit le besoin de sécurité, d’estime, de s’accomplir et d’appartenance ainsi que les besoins physiologiques. À savoir ce qui leur manque le plus de l’ancien centre-ville, plusieurs nomment le parc des vétérans, les bars terrasse, les arbres matures et l’ambiance chaleureuse.

C’est à la lumière de ces constats que nous avons élaboré une vision globale de ce qui serait un centre-ville inspirant pour les jeunes. Nous avons également dégagé des enjeux et priorisé des projets qui pourraient répondre aux aspirations des jeunes de la région.

La suite mardi avec : la vision des jeunes et les enjeux