Les élus méganticois ont déposé mardi dernier leurs prévisions budgétaires pour l’année 2024, retardés par une importante cyberattaque survenue à la fin du mois de novembre 2023. Malgré l’augmentation du fardeau fiscal qui repose sur les villes du Québec, les élus de Lac-Mégantic ont réussi à limiter la hausse de taxes résidentielles à 3 %, en comparaison à la hausse de l’IPC au Québec qui se situe à 4,5 %.  Ainsi, en 2024, pour une maison unifamiliale moyenne d’une valeur foncière estimée à 185 500 $, l’augmentation ne sera que de 75 $ pour l’année. L’exercice budgétaire s’est conclu par l’adoption d’un budget équilibré de 24 855 400 $, en hausse de 7 % par rapport à 2023, attribuable principalement à l’inflation et à la fin du soutien financier de Développement économique Canada pour le Bureau de coordination en développement économique.

Ajustements des tarifs pour les services

Un travail rigoureux a également été réalisé afin de fixer la tarification des services en environnement au coût réel que la Ville doit assumer pour les offrir selon le principe de l’utilisateur-payeur.  Les tarifs pour les services d’aqueduc, d’égout et pour la collecte des déchets ont été ajustés en conséquence. « Pour une résidence familiale, cet ajustement représente une hausse de 17 $ pour l’année, » indique Luc Drouin, trésorier de la Ville. Pour pallier des ajustements plus importants de ces tarifs du côté des industries, commerces et institutions (ICI), la Ville limite la hausse du taux de taxation pour cette catégorie de contribuables à 2 %.

« Notre objectif principal était de maintenir le niveau de service à la population malgré les impacts directs de l’inflation sur notre budget de fonctionnement. Nous jugeons avoir réussi à trouver le juste équilibre entre le maintien de nos infrastructures et l’optimisation de nos ressources », déclare la Mairesse. « Notre approche repose sur une analyse rigoureuse de chacune des dépenses prévues, d’une volonté d’optimisation de chacune de nos ressources humaines et financières, et sur l’importance de maximiser les revenus et subventions pour chaque projet et activité développé. Le budget présenté est responsable, mais nous donne l’agilité nécessaire pour saisir les opportunités et pallier aux imprévus, » précise Jean Marcoux, directeur général.

 

L’endettement de la Ville toujours en baisse

Malgré les grands chantiers réalisés au cours des deux dernières années, principalement la réfection de la rue Laval et la construction de la nouvelle caserne incendie, l’endettement total net à long terme continue d’être à la baisse. En somme, la dette de la Ville a baissé de 18 % en neuf ans, passant de 39,6 M$ en 2015 à 32,6 M$ en 2024. Le conseil municipal caresse l’objectif de redescendre en deçà des 30 M$ d’endettement en 2025.

 

Des opportunités et des inconnus

D’abord connu sous le nom de Bureau de reconstruction, le Bureau de coordination en développement économique de la Ville (BCDE) était financé à 100 % par Développement économique Canada depuis la tragédie. Le financement fédéral se termine le 31 mars. La Ville a fait le choix de maintenir le poste de directeur du développement économique qui poursuivra son soutien à la réalisation de divers projets en matière de logements ainsi que de développement commercial, touristique et industriel. Le déploiement de la vision ambitieuse de la Ville en matière de transition énergétique sera également au cœur des actions de l’équipe qui s’est vu octroyer, à l’automne dernier, une subvention de 2,5 millions de dollars par Ressources naturelles Canada dans le cadre du Programme des énergies renouvelables intelligentes et de trajectoires d’électrifications (ÉRITÉ). L’année 2024 sera donc teintée de cette aide gouvernementale importante. Par ailleurs, l’exercice budgétaire s’est réalisé dans un contexte où demeurent encore des inconnus qui ont influencé les décisions du conseil municipal, dont la négociation de la convention collective en cours et les décisions à venir entourant les ententes intermunicipales en loisirs. La prudence était donc de mise dans certains postes budgétaires plus significatifs.

 

« En conclusion, Lac-Mégantic est une ville dynamique, avec des projets et des ambitions, mais elle a aussi ses défis et n’est pas à l’abri des enjeux externes. Dans ce contexte, nous considérons que d’avoir contenu l’augmentation des taux de taxation résidentiels à 3 %, malgré le contexte inflationniste et les responsabilités grandissantes, démontre que l’équipe a fait preuve d’une rigueur importante pour assurer la saine gestion de nos finances publiques, » termine Julie Morin.

Voir la présentation