À la suite d’un comité de démolition tenue mardi dernier qui permettait aux citoyens de s’exprimer et de s’informer, les élus ont eu la lourde tâche de prendre une décision difficile en acceptant la démolition d’un bâtiment, peut-être deux,  à proximité de la rue Laval. En raison d’une importante contamination du terrain aux hydrocarbures survenus il y a une quarantaine d’années sur le terrain voisin (anciennement le garage Daigle), la problématique de contamination est considérée comme majeure.

En octobre 2017, le conseil municipal s’était penché sur la question et avait accepté en partie la demande de Gulf Canada, soit la démolition d’un bâtiment sur la rue Morrison (Marianites de Sainte-Croix). Les membres du conseil avaient rejeté la demande concernant le bâtiment 4313-4321 de la rue Laval en raison entre autres de la valeur patrimoniale et du bon état du bâtiment.

L’entreprise Gulf Canada limitée avait accepté cette décision et mis en œuvre un plan de décontamination qui permettait de conserver la résidence. Des travaux en ce sens ont été entamés et des sommes importantes ont été investies afin d’excaver en dessous du bâtiment tout en sécurisant l’infrastructure par soutènement. Malheureusement, ces travaux ont permis de découvrir que le sol contaminé et adjacent est beaucoup plus profond que prévu soit une profondeur de 9,5 m sous la surface du sol. Gulf Canada se retrouve devant un enjeu important de sécurité pour les travailleurs qui ne peuvent, dans ces conditions, être en mesure de décontaminer le terrain adéquatement. Pour cette raison, l’entreprise a demandé à la Ville de reconsidérer sa décision.

Dans cette nouvelle demande au comité de démolition la compagnie, à la suite de découvertes lors de l’excavation, demande également l’autorisation, seulement si nécessaire, de démolir un bâtiment sur la rue Bernier, l’ancien bâtiment de la GRC.

Une fois le terrain libéré, Gulf Canada devra procéder à l’aménagement paysager et à la plantation d’arbres et les terrains pourront être vendus pour la construction résidentielle.

« Depuis le début des travaux, nous devons souligner la collaboration de Gulf Canada qui a fait le choix d’être proactif et de décontaminer ce site afin qu’aucune trace du déversement pétrolier historique ne demeure. Ils ont multiplié les efforts pour sauver la maison de la rue Laval, informer leurs voisins des travaux qu’ils effectuaient et fournir leurs coordonnées s’ils avaient des questions. Ils ont agi en citoyen corporatif responsable, » affirme en terminant la mairesse de Lac-Mégantic, Mme Julie Morin.