Lac-Mégantic croit avoir tout fait pour convaincre Nantes, Marston et Frontenac de signer une entente pour l’utilisation du Centre sportif Mégantic et la Station hivernale Baie-des-Sables. Au lendemain du 15 avril, date limite donnée aux municipalités voisines pour rendre leur décision finale, celles-ci ont refusé l’offre finale déposée conjointement par Lac-Mégantic et les huit municipalités déjà signataires. Rappelons donc qu’à partir du 1er mai, ce sont donc 9 municipalités qui offriront à leurs citoyens la carte Accès-Loisirs gratuitement, ainsi que l’accès aux tarifs « résidants » plutôt que « réguliers ». Il s’agit de Audet, Lac-Drolet, Lac-Mégan􀆟c, Ste-Cécile, Notre-Dame-Des-Bois, Piopolis, Stornoway, Val-Racine et Woburn.

« Nous avons travaillé à de multiples scénarios pour que Frontenac, Marston et Nantes choisissent elles aussi de prioriser l’accès aux tarifs avantageux et à un processus simplifié pour leurs citoyens, mais cela impliquait une contribution qu’elle n’était pas prête à payer. Elles ont choisi la méthode utilisateurs-payeurs et mettrons plutôt en place un programme de
remboursement des frais non-résidants », explique la mairesse. Elle rappelle au passage qu’à partir du 1er mai, tous les utilisateurs devront être détenteur d’une carte Accès-Loisirs pour
pouvoir s’inscrire aux activités du CSM ou de la Station hivernale BDS. Elle sera gratuite pour les municipalités de Lac-Mégantic et celles faisant partie de l’entente, sinon elle en coutera 230 $ +
taxes par personne. « N’oublions pas que les Méganticois et les citoyens des municipalités partenaires payent aussi leur part, mais à même leur compte de taxes. En contrepartie, ils paient
moins cher au comptoir au moment de s’inscrire. Il s’agit donc d’une répartition des coûts d’opération jugée équitable ». Pour la Ville, puisque qu’elle a ajusté ses tarifs aux réels prix de
revient par activité, cela ne fera pas de différence quant aux revenus annuels attendus par municipalité, dans la mesure où les citoyens de toutes les municipalités continuent de
fréquenter les installations, qu’ils fassent partie de l’entente ou non.

La Ville craint toutefois que certaines familles des municipalités ne faisant pas partie de l’entente n’aient pas les moyens de payer leurs activités, en attendant d’être remboursées. C’est pourquoi
elle a rencontré, le 10 avril dernier, les 3 principaux organismes partenaires : l’Association de hockey mineur, le Club Granigym et Les Larmes argentées, afin de leur expliquer la démarche
collective entamée dans la dernière année, le choix de chacune des municipalités et les impacts possibles sur le nombre d’inscriptions lors de la prochaine saison. Ainsi, les organismes pourront
bien informer les parents qui voudront inscrire leurs enfants aux activités. « Au final, nous avons un seul et même objectif : qu’aucun enfant ne soit privé de son sport pour une question
d’argent. Nous trouverons ensemble des solutions avec les municipalités voisines si une telle situation se présente », affirme la mairesse qui salue au passage l’ouverture des organismes face
à la nouvelle procédure et l’engagement remarquable des bénévoles qui font vivre ces organisations importantes pour notre région.
Les neuf municipalités signataires sont solidaires

Dans une lettre conjointe datée du 29 mars, les neuf municipalités signataires s’adressaient aux municipalités de Frontenac, Marston et Nantes, pour leur soumettre une offre finale. En voici
un extrait : « Pour le bénéfice de vos citoyens, nous vous proposons de signer l’entente, mais seulement pour un an plutôt que trois, selon la contribution initiale demandée par la Ville. Une année test, où nous allons colliger encore plus de données qu’auparavant, ce qui vous permettra de juger, l’an prochain à pareille date, de la réelle participation de vos citoyens aux différentes activités
offertes, autant au CSM qu’à la Station hivernale. (…) Grâce à votre contribution initiale, vos citoyens-utilisateurs pourront avoir accès à la carte Accès-loisirs GRATUITEMENT plutôt que d’y
avoir accès au coût de 230 $ + taxes, par citoyen. De plus, lors de leurs inscriptions ou présences aux activités libres, ils bénéficieront des TARIFS RÉSIDENTS, soit une économie de 50 % de rabais par rapport aux tarifs réguliers qu’ils paieront autrement.

En contrepartie de votre contribution, nous nous engageons trimestriellement à vous fournir les données détaillées pour votre municipalité. À cet effet, nous vous soumettions d’emblée les
MODÈLES de rapports statistiques que nous vous remettrons au cours de l’année. De plus, nous nous engagerons à former un Comité intermunicipale de concertation (…) dont le rôle sera
d’étudier toute question se rapportant à l’objet de l’entente, de s’assurer du respect des engagements de chacune des municipalités et de transmettre des recommandations au conseil
municipal sur l’optimisation des infrastructures et l’offre de services, y compris l’apport de solutions innovantes pour augmenter les revenus et réduire les dépenses, de façon à réduire le
déficit des opérations. »

Cette dernière offre n’aura pas été suffisante pour convaincre les trois municipalités de l’intérêt pour elles de signer une entente. En réponse à ce refus final, Julie Morin a simplement répondu
ceci : « Nous sommes déçus de constater que tant de chemin reste à faire quant à la confiance mutuelle qui existe entre nos municipalités. Cela dit, nous respectons votre choix. C’est
pourquoi nous nous engageons à faire le nécessaire pour que vos citoyens puissent se prémunir le plus rapidement possible, après leur inscription, des modalités de remboursement que vous
mettrez sans doute en place, comme vous nous l’avez déjà mentionné. Nous continuerons de communiquer avec vous les programmations et visuels reliés à la promotion des infrastructures,
de sorte à ce que vos citoyens continuent d’être informés, au même être que tous les autres, des sports et activités dont ils peuvent bénéficier. »