• Mairesse d’office :
    • Julie Morin
  • 1 conseiller :
    • Jacques Dostie
  • 1 représentant du Comité culturel de Mégantic
  • Citoyens :
    • Louise leblanc
    • Caroline Mercier
    • Geneviève Bureau
    • Maurice Gareau
    • Régent Charland
    • Sarah Girouard
    • Tom Quigley
    • Lise Bilodeau
    • Sylvain Roy
    • Emmanuel Simard

Appel de dossiers SUR LES BRANCHES DE FREDERIC BACK

EXPOSITION ARTS VISUELS LAC-MÉGANTIC 2024 / Galerie du Centre sportif Mégantic
Dans le cadre des Journées de la culture

Date limite pour recevoir le dossier : 15 mai 2024

Lettre d’invitation SUR LES BRANCHES DE FREDERIC BACK et formulaire

Le mandat de la Commission des arts, de la culture et du patrimoine est d’étudier, consulter et faire des recommandations au conseil sur toutes les questions relatives aux arts, à la culture et au patrimoine sur le territoire de Lac-Mégantic, particulièrement les aspects suivants :

  • L’élaboration d’une politique culturelle, en faire la consultation, la promotion et voir à son application et son suivi ;
  • L’organisation d’activités à caractère culturel ;
  • L’organisation d’expositions, soit à la gare ou dans d’autres lieux de la municipalité ;
  • L’élaboration d’une politique d’acquisition d’œuvres d’art ;
  • La réalisation de mandats confiés par le conseil municipal ;
  • La formation de sous-comités, s’il y a lieu ;
  • L’établissement de règles de régie interne, si nécessaire.

La balade des murales

Le projet « La Balade des murales » s’inscrit dans la bonification du musée à ciel ouvert développé dans le nouveau centre-ville, à l’image du Parcours de sculptures monumentales « Marcheur d’étoiles ». Il consiste en 10 œuvres murales inspirantes et colorées dans des lieux stratégiques du nouveau centre-ville, de sorte à y créer une atmosphère chaleureuse et conviviale, à raviver la fierté des citoyens et à bonifier l’expérience des touristes qui viennent découvrir ou redécouvrir notre ville. Déployées de part et d’autre de la rivière Chaudière, et présentes dans l’ensemble des 3 secteurs commerciaux qui crée dorénavant le nouveau centre-ville, les murales viennent contribuent à unifier les deux rives, à être un liant entre les trois secteurs commerciaux que nous tentons d’unifier.

.  Le 25 juin 2020 le gouvernement du Québec lance le projet Covidart. Les Journées de la culture s’associe alors avec les Fonds de recherche du Québec pour soutenir la production d’œuvres dans des municipalités sur l’ensemble du territoire québécois, à hauteur de 10 000 $ à 25 000 $ par projet.  Dans ce cadre, la Commission des arts, de la culture et du patrimoine de Lac-Mégantic (CACP) dépose un projet en juillet 2020. Le 25 août le projet est accepté.

Depuis quelques années, la Ville de Lac-Mégantic et les acteurs locaux travaillent à mieux structurer l’offre touristique, particulièrement au centre-ville. Le musée à ciel ouvert est donc devenu un produit d’appel qui attire et impressionne les visiteurs. La balade des murales viendra bonifier ce musée de façon significative, en plus d’offrir de nouveaux repères aux citoyens qui ont vu leurs habitudes de circulation et de fréquentation commerciales s’éclater depuis le 6 juillet 2013.

Pour en apprendre plus sur les murales

– 2020 –

En juin 2020 le gouvernement du Québec lance le projet Covidart. La CACP dépose un projet qui est sélectionné. Elle fait alors appel à l’artiste peintre muraliste Nicolas Lareau qui nous propose l’œuvre « Nouvelle direction ». L’œuvre représente un paysage partagé en deux espaces.  Un espace nuit étoilée où l’on reconnaît étoiles et l’observatoire du mont Mégantic et un espace jour qui représente le paysage de la région, des oies, des nageurs et autres activités nautiques.

Il souligne aussi :

  • La qualité de vie de la région et le respect de l’environnement
  • Le rapport entre la science et les activités au quotidien
  • Les activités loisirs

L’horizon représenté fait le lien avec Cittaslow une association internationale. Le lac a une importance culturelle à laquelle les gens s’identifient. Le personnage nous représente contemplant le monde merveilleux qui nous entoure.

– 2020 –

Dans le cadre du projet CovidArt et simultanément avec le projet de Nicolas Lareau, la CACP a permis à 5 jeunes de la polyvalente de faire valoir leur talent.  Inspirés et conseillés par Nicolas Lareau et guidés par Rachel Robin, artiste en arts visuels, Zakary Ménard, Thaly Couture, Maeli Denoual, Frédéric Giguère et Namiella Pépin Laplante ont produit cette magnifique œuvre.

– 2021 –

Les projets soumis par les artistes doivent s’inspirer des éléments de nature géographique, sociale ou culturelle issus d’une réflexion sur les valeurs importantes pour la communauté de Lac-Mégantic tel que représenté par les mots clés suivants : ville Cittaslow, écologie humaine, environnement paisible, plein air et ville verte.

Après avoir pris connaissance de ces éléments les artistes ont voulu les mettre en place graphiquement avec les techniques du collage ainsi que de formes de couleurs pour structurer l’ensemble.  Tout en incorporant certains des thèmes suggérés, cette peinture murale donne l’illusion d’être vivante.  Pour ce faire, l’œil du spectateur est attiré par l’utilisation de la couleur et du rythme de façon harmonieuse tout le long de la structure du bâtiment.  La composition est un facteur clé de la réussite globale de ce projet puisqu’il l’intègre le plus justement à l’espace du bâtiment.

par Ankhone / Mikael Carriau et Nicole Boyce

Présentation par les artistes

Réalisation Mikael Carriau & Nicole Boyce

– 2021 –

La création de ces 5 mosaïques photos rappellent les valeurs Cittaslow que nous vivons chez nous.

Les villes Cittaslow…

reconnaissent le plaisir de prendre le temps,

préservent la qualité de vie,

renforcent les liens sociaux et les liens avec la nature,

orientent leurs choix dans un esprit de pérennité.

Conception par Claude Grenier Numéra photographie

– 2021 –

Murmures d’étoiles est basée sur le collage comme une sorte de story board. L’histoire emmène le spectateur sur le chemin de la région de Mégantic, un lieu chargé d’une histoire profonde, un présent riche et de possibilités pour l’avenir.  Elle invite le spectateur à prendre un moment pour réfléchir à ce que cela représente pour lui, de la manière qui lui semble la plus significative. Une histoire personnelle autant qu’une histoire partagée.

Cette œuvre est inspirée de plusieurs sources différentes dont, la connaissance de la communauté ainsi que l’endroit où l’œuvre d’art est placée.

En ce qui concerne le lieu, il y a quelques éléments principaux. Le premier est la dimension de l’œuvre et le second est la perspective dans laquelle elle sera vue.

Le fait que cette œuvre sera vue de deux points de vue principaux, l’un de loin et l’autre de près. De l’un ou l’autre point de vue, le spectateur découvrira quelque chose de nouveau. De loin, l’œuvre elle-même attirera l’œil par l’utilisation de la forme et de la couleur, quelque chose qui, en même temps, complémentera son environnement et attirera l’attention.

La section gauche de la murale nous rappelle l’arrivée des premiers humains au Québec voilà plus de 12,000 ans par une pointe Clovis. Puis succède le passage des Abénaquis suivi du curé Joseph-Eugène Choquette dit le curé électrique. Le patrimoine bâti est ensuite représenté par la maison Lippé. Elle se termine par l’observatoire du mont Mégantic et le ciel étoilé.

La section droite par ses couleurs et les fleurs nous amène dans la nature. Puis le lac et la voile nous transporte dans la tranquillité.  Elle se termine en faisant le lien entre le curé Choquette et le microréseau et ses panneaux solaires.

par Ankhone / Mikael Carriau et Nicole Boyce

– 2021 –

Le panneau à l’arrière de l’abri technique dans le parc des Vétérans nous rappelle l’histoire de notre par cet notre lac.

Étant sans contredit l’un des principaux attraits de la municipalité de Lac-Mégantic, le parc des Vétérans, nommé ainsi à la fin de la Première Guerre Mondiale, rassemble la population méganticoise depuis la célèbre crise économique, où il fût créé par des travaux de remplissage visant à élargir la mince bande de terre entre le lac Mégantic et la « Lake Avenue », aujourd’hui le boulevard des Vétérans. Situé au cœur de la ville et en bordure du lac Mégantic, il est devenu un point central où les usages n’ont d’égal que l’imagination des citoyens. Du patinage sur le lac aux concerts extérieurs, le décor enchanteur du parc est complice de nombreux évènements. Parcourez-le pour découvrir d’autres aspects de son histoire et laissez-vous séduire par sa beauté.

Crédit photo (6.1) Jacques Dostie

Conception (6.2) Conception M la créativité

– 1962 –

L’édifice abritant l’hôtel de ville a été conçu en 1961 par l’architecte Alphonse Bélanger. Les murs extérieurs, recouverts de pierres de granit de différents types ainsi que la céramique recouvrant une partie de ces murs. Cette céramique est une œuvre d’art du sculpteur Yves Trudeau, réalisée en 1962.

C’est l’une des premières œuvres intégrées à l’architecture selon la politique provinciale d’intégration des arts à l’architecture de 1961. Elle s’intitule

« MURALE » et est composée de céramique carrée de 2 pouces x 2 pouces combinant quatre couleurs différentes : le gris, le noir, le rouge et le bleu royal.

Entre les carreaux de céramique colorés, l’artiste a réalisé, sur les carreaux gris, des traits de glaçure noire reliant ou entourant des groupes de carreaux de céramique colorés. L’œuvre semble divisée en deux parties : l’une pour la façade principale et l’autre pour la façade sud.

Nous vous invitons à consulter la plaque explicative devant l’entrée principale de l’hôtel de ville.

Par Yves Trudeau

– 2023 –

Odyssées méganticoises nous rappellent que nous sommes une population active en pratiquant de nombreux sports tant l’hiver que l’été. Des photos d’époque ou récentes de la région servent de trame de fond pour plusieurs de ces représentations.
La section gauche représente 10 sports d’hiver et d’intérieur populaires chez nous.  Du patin à glace sur le lac vers 1916 en passant par le hockey, patin artistique, la glisse, raquettes, ski alpin ou de fond, paraski, quilles et le patin roulettes, tous ces sports ont fait vibrer nos citoyens comme sportifs ou spectateurs, du temps et d’aujourd’hui.
La section droite quant à elle nous convie à 14 sports d’été. Le vélo, la randonnée pédestre, baseball, football, volleyball, soccer, golf, tennis, natation, voile, planche à voile, canot, pêche, planches à pagaie, sports qui suscitent l’intérêt de nos citoyens et de nombreux visiteurs.

par Ankhone / Mikael Carriau et Nicole Boyce

– 2023 –

Cette réalisation de l’artiste vise à contribuer à la qualité de vie des citoyens de Lac-Mégantic. Selon lui, l’art mural permet de favoriser le sentiment d’appartenance aux milieux de vie en stimulant la curiosité et la créativité des gens. « Comme par enchantement » est une initiative qui dans la volonté de la ville à offrir un environnement dynamique tout en inspirant des valeurs humaines. Il ajoute au paysage urbain un contenu simple et coloré mettant en valeur un moment d’intimité avec la nature. Beaucoup d’importance est accordée à la nature et, plus particulièrement, à la végétation qui nous entoure à travers de petits gestes au quotidien. Ces plantes et arbres qui nous accompagnent depuis des millions d’années sont précieux mais vulnérables et surtout, indispensables à la vie des humains. Une palette de couleurs vives dans un style en camaïeu caractérise une démarche esthétique.

Les valeurs de la Ville de Lac-Mégantic sont présentes à travers cette œuvre ouverte sur un horizon accueillant et riche.

Par Nicolas Lareau

– 2023 –

Sur la murale historique, vous retrouverez :

Sur la murale historique, vous retrouverez :

Centre-ville de Lac-Mégantic 2010 / Rue Frontenac

Sur la rue Frontenac, s’alignait jadis un amalgame de bâtiments patrimoniaux de style Boomtown en majorité construits au début des années 1900. Bureau de poste, pharmacie, bars, restaurants, boutiques et épicerie se partageaient l’espace.

Au cœur de la ville de Lac-Mégantic, la rue Frontenac s’animait au rythme des saisons. L’occupation commerciale et résidentielle du centre-ville favorisait un milieu de vie dynamique.

Centre-ville de Lac-Mégantic 1914 / coin des rues Frontenac et Thibodeau

L’essentiel est là : la brique, les balcons, le commerce au rez-de-chaussée, la porte centrale qui mène à l’étage.

On y trouve les principaux éléments de l’architecture Boomtown d’une petite ville en pleine expansion dont les édifices sont presque neufs. La banque de Montréal, voisine de l’église presbytérienne, venait d’ouvrir en 1905 ; la compagnie de téléphone Bell s’était installée en 1908, l’année où on a refait le pont Agnès ; la boulangerie Durant avait pignon sur rue depuis 1910, le bureau de poste depuis 1911 ; l’église Sainte-Agnès avait été inaugurée en 1913 et Megantic Manufacturing lançait la fabrication des épingles à linge. La rue Maple (Frontenac) avait la coquetterie bourgeoise d’avant la guerre 14-18. Elle semble attendre l’effervescence des années 20. (PD)

Donald Morisson, le plus célèbre hors-la-loi du Canada

Entre 1888 et 1894, il a été le hors-la-loi le plus célèbre de son époque, non pas parce qu’il avait tué, lors d’un duel, le policier chargé de l’arrêter, mais parce que la population avait pris fait et cause pour lui, se reconnaissant dans l’exploitation des pauvres par les riches. Si bien que personne n’a voulu, même bien payé, être assermenté et procéder à son arrestation. Il a fallu recourir à un Américain vantard, trafiquant de whisky par-dessus le marché. Sans s’être concertée, la population de la région entreprit de le protéger contre une justice qui penche toujours du côté du plus fort. Elle évita de le dénoncer, de révéler ses allées et venues. Certains déposaient de la nourriture sur le pas de leur porte au cas où le fugitif passerait par là. La chasse à l’homme dura dix mois. D’abord victime du pouvoir de l’argent, il a été ensuite victime de la traîtrise d’un juge qui avait fait croire à une trêve. (PD)

Joseph-Eugène Choquette, le curé «électrique»

Il a été considéré le curé le plus original de son époque. Esprit curieux, il s’intéressait à l’électricité, à l’astronomie, à la photographie, à la mécanique, sans oublier l’humour taquin. À Compton, il avait sa propre éolienne. À Mégantic, il a été un des fondateurs de la première compagnie d’électricité, en 1898. D’ailleurs, c’est le 24 décembre 1898, un peu avant minuit, qu’il a illuminé son église. Il n’hésitait pas à grimper dans les poteaux pour réparer un transformateur. Il a été photographe officiel de l’International Railway (CP) ; bien plus, il ne se gênait pas pour trafiquer ses photos, histoire de s’amuser. Promoteur de la tempérance, il lui arrivait d’entrer dans les hôtels, de vider les tables avec sa canne et de renvoyer les hommes à la maison nourrir leur famille. Il faut dire que l’homme en imposait. (PD)

Hilaire Lemieux, l’ermite du Lac Mégantic

Le 18 novembre 1898, dans le journal « Le Travailleur » de Lac-Mégantic, l’ermite Lemieux a dû démentir les racontars de la presse nationale. Le journaliste lui avait inventé un amour malheureux, un fils et un tempérament chagrin. Victime d’un fake news avant l’heure, il a solennellement rectifié les faits, démontré sa sociabilité, présenté sa grande famille comptant huit frères et sept sœurs, déroulé son curriculum, dénoncé le danger d’une presse mercantile et affirmé son droit à la différence, son choix de la solitude, somme toute sereine. (PD)

Madeleine Drouin, co-fondatrice de l’Écho de Frontenac

Il a déjà été écrit : « La vie et l’œuvre de Madeleine Drouin, co-fondatrice de l’Écho de Frontenac, reposent sur le courage, la détermination, la persévérance et un grand amour pour son travail, des valeurs qu’elle a tenu à transmettre en héritage, de son vivant, à ses neuf enfants et à leurs descendants. » Ajoutons le mot « rigueur » pour cette femme récipiendaire en 1980 du Prix littéraire Juge Lemay, décerné par la Société Saint-Jean-Baptiste du diocèse de Sherbrooke, un hommage bien mérité pour son apport exceptionnel à la vie culturelle de l’Estrie.
Née à Saint-Joseph de Beauce le 23 janvier 1908, son ADN beauceron lui a sans doute bien servi à assumer, encore toute jeune, les multiples responsabilités d’épouse et de mère affectueuse, mais aussi de femme d’affaires, en choisissant d’occuper la direction du journal au décès de son mari, le 4 mai 1967.

Avec la modestie que son entourage lui reconnaissait, Madeleine Drouin aura été une pionnière, exigeant vérité, honnêteté et justice dans les milliers de pages de journal qui auront été publiées durant toutes ces années où elle a occupé son poste.

En mai 1983, c’était au tour de la Chambre de Commerce de la Région de Lac-Mégantic de lui décerner le titre de Femme de l’Année, la première parmi d’autres noms de bâtisseuses exemplaires qui lui succèderont. Cette fois encore, elle renonçait à prétendre à des honneurs personnels pour souligner davantage le travail d’une équipe dédiée semaine après semaine à la production de son journal : rédacteurs, correspondants, publicistes et personnel de bureau devenant à la longue des membres de sa famille à part entière.

La presse hebdomadaire lui doit d’avoir défendu avec acharnement le pouvoir de l’écriture et la qualité de la langue française, un double combat initié au début du siècle par des pionniers du journalisme comme le fut son époux, Louis-Philippe Poulin, qu’elle admirait avec tendresse et qu’elle épaulait au quotidien.

Comme tout média régional, l’Écho de Frontenac a connu des périodes difficiles, surmontées grâce à une ténacité quasi quotidienne, à une ferme volonté de vitaliser un organe d’information indispensable à la région de Mégantic, à une profonde détermination d’être le reflet d’une vie communautaire dynamique, grâce à une clientèle d’abonnés fidèles et sympathiques à l’entreprise familiale.

Madeleine Drouin était pleinement consciente d’évoluer à travers les décennies aux côtés de générations de Méganticois soucieuses de feuilleter leur journal hebdomadaire pour être bien informées de tout ce qui se passait dans leur ville et leurs villages. (RT)

Textes Paul Dostie (PD) et Rémi Tremblay (RT)

Conception par Claude Grenier Numéra photographie

Pour plus de renseignements sur la Commission des arts et de la culture et du patrimoine, vous pouvez rejoindre Emmanuel Simard
par courriel à emmanuel.simard@ville.lac-megantic.qc.ca