Sommets-thématiques-710-710x520

Les sommets thématiques de la démarche Réinventer la ville se déroulent rondement. On s’apprête à entreprendre le dernier tournant avec la tenue des deux derniers sommets : Tourisme, ce samedi 28 février en avant-midi, et Éducation, recherche et innovation, le lundi 9 mars en après-midi.

Déjà près de 250 personnes ont participé aux premiers sommets, à commencer par celui des arts et de la culture à la fin 2014, qui a été suivi des rencontres sur l’économie et l’emploi, sur le développement social et sur les sports et loisirs, sans oublier le sommet Jeunesse. Il est encore temps de s’inscrire aux deux derniers sommets en cliquant sur le lien suivant : http://reinventerlaville.ca/participez-aux-activites.

Jusqu’à maintenant, le bilan est très positif. C’est notamment le cas du sommet Développement social, qui a réuni environ 45 personnes. « Le travail préalable au sommet a été très pointu », commente Monique Phérivong Lenoir, directrice du Centre communautaire du Granit et porte-parole du groupe de travail thématique. « Nous avions la chance, poursuit-elle, d’avoir en tant qu’animateurs des “professionnels” du développement social qui connaissaient très bien le Granit. Ils étaient aussi très structurés et nous ont bien guidés dans toute la réflexion. Leur travail de préparation a permis d’aller tout de suite à l’essentiel. Ensuite, les participants au sommet étaient des personnes très impliquées dans leur milieu, qui occupent des postes dans des organismes ou des institutions eux-mêmes concernés par les enjeux et capables de prendre certains projets en mains. »

Chaque groupe de travail thématique est appelé à faire l’état des lieux dans son secteur, à identifier les enjeux les plus importants, et à suggérer ensuite les projets prioritaires à mettre en œuvre pour répondre aux enjeux. Tout cela, évidemment, dans le contexte de la reconstruction du centre-ville.

« En travaillant par secteurs, nous abordons les sujets plus en profondeur et avec des gens qui ont choisi de réfléchir à ces sujets et de s’y investir, dit Mme Lenoir. Le travail de groupe est possible car le nombre est restreint, le cadre est précis. On ne peut pas s’éparpiller. »

« La mobilisation est bonne et la participation est très bonne, commente de son côté Jean-Marc Gagnon, président d’Attraction et porte-parole du groupe Économie et emplois. Nous avons de la matière pour la suite; c’est déjà un résultat est intéressant mais nous aurons besoin d’aide pour progresser dans les prochaines étapes. »

Cette phase de la démarche de participation citoyenne culminera le samedi 28 mars prochain, par la tenue des États généraux Réinventer la ville. Tout le travail réalisé par les groupes thématiques sera mis en commun et partagé. Les participants auront l’occasion de mieux connaître les projets majeurs et de se prononcer.

« Ce sera important de prioriser les projets porteurs, dit M. Gagnon, et de bien informer les gens sur ces choix. Nous devrons nous assurer d’identifier des projets qui peuvent donner des résultats à court terme. Pour la suite, il faut maintenir le soutien des ressources techniques et compétentes que nous avons actuellement. »

À la suite des États généraux de la fin mars, le plan d’action 2015-2020 sera conçu. Il sera également partagé avec les citoyens avant d’être adopté par le conseil municipal au printemps. Il s’agira du plan de match de la reconstruction et de la relance de Lac-Mégantic, qui permettra d’attribuer les ressources et d’organiser le travail en fonction des priorités mises de l’avant par la collectivité.

« Il ne faut pas croire que nous irons déposer notre liste de priorités au conseil municipal et que tout s’enclenchera par magie », commente Stéphane Lavallée, consultant indépendant qui accompagne la Ville de Lac-Mégantic dans la démarche de participation citoyenne. « Nous passons présentement de la participation à la mobilisation, et cette mobilisation sera essentielle pour réaliser nos projets dans l’avenir. Je suis persuadé que les citoyens et les intervenants dans les groupes et organismes du milieu vont vouloir poursuivre le travail pour assurer notre réussite. »