Une partie des installations de la Marche du vent, au centre-ville de Lac-Mégantic, ont été démontées et remisées pour l’hiver afin d’assurer leur durabilité.

L’équipe du studio Daily tous les jours, qui a conçu et réalisé le projet conjointement avec la Commission des arts, de la culture et du patrimoine (CACAP) de Lac-Mégantic, a notamment procédé au démontage de l’exposition Maisons des histoires, rue Papineau. Les hamacs géants ont aussi été retirés, ainsi que les fanions, les carillons et la plaque de granit de la Maison du vent.

« Certains de ces éléments sont robustes et peuvent résister à des conditions climatiques difficiles, mais nous jugeons qu’il est plus raisonnable de les mettre à l’abri pour l’hiver et s’assurer qu’ils auront ainsi une longue durée de vie », explique Richard Michaud, président de la CACP.

Les composantes ont été entreposées de façon sécuritaire, pour en assurer la conservation.

La Marche du vent a connu un succès instantané, dès son installation. Chaque jour, des centaines de citoyens et visiteurs l’ont fréquentée. Elle est même devenue le rendez-vous quotidien de nombreux marcheurs.

La promenade en bois de la Marche du vent continue d’ailleurs d’être accessible, aussi longtemps que les conditions climatiques le permettront. En principe, on pourrait la fréquenter tout l’hiver, mais la neige risque de constituer un obstacle important dans quelques semaines.

Par ailleurs, les 16 sculptures monumentales réalisées dans le cadre du symposium tenu le mois dernier restent en place. Elles ont été conçues et fabriquées pour résister aux aléas du temps, l’année durant. Certains matériaux vont changer d’apparence au fil des années, mais les concepteurs l’ont voulu ainsi.

« Pour le moment, les sculptures sont toutes regroupées près du Centre sportif, près de l’endroit où les artistes professionnels les ont réalisées, dit Richard Michaud. Mais comme nous l’avons dit depuis le début de ce projet, elles seront éventuellement réparties en différents endroits qui seront identifiés plus tard. Avec les membres de la Commission des arts, nous pensons présentement à la meilleure façon de le faire. »

La CACP espère tenir deux autres symposiums de sculptures ces deux prochaines années. Elle recherche présentement les appuis nécessaires pour atteindre cet objectif.