Réunis en assemblée générale le 9 juin dernier, les membres du Syndicat des employés de la Ville de Lac-Mégantic ont approuvé à 83 % l’entente de principe survenue avec son employeur. Le conseil municipal a, quant à lui, autorisé la signature de cette convention collective lors de la séance du conseil municipal du 16 juin.

Conclue après une négociation respectueuse et franche, la nouvelle convention collective négociée est d’une durée de cinq ans et a permis une mise à jour de l’ensemble des articles de la convention. Les employés auront droit à des augmentations de 2,25 % pour 2019, 2020 et 2021, 2,5 % pour 2022 et 2,75 % pour la dernière année.

 

Du côté de la Ville, la mairesse Mme Julie Morin souligne qu’une des priorités de cette négociation était de respecter la capacité de payer des contribuables Méganticois. Elle poursuit en mentionnant que « cette nouvelle convention collective répondra aux attentes des travailleurs d’aujourd’hui. Nous avons pris le temps de bien faire les choses afin de permettre entre autres,  l’attraction et la rétention de la main-d’œuvre par la mise en place de mesures favorisant la conciliation travail-famille et encadrant le départ progressif et volontaire à la retraite. En bref, une convention qui s’inscrit dans la modernité ! » Elle salue en terminant « l’excellent travail de l’équipe patronale, composée de la greffière Mme Nancy Roy, la directrice des Services techniques, Mme France Bergeron et le directeur adjoint au Service des loisirs- plein-air et nautisme, M. Marc-André Bédard, lesquels ont été secondés par Me Charles Michaud, avocat spécialiste en la matière ».  Mme Morin rappelle que l’équipe patronale a dû reprendre le dossier dans le contexte des départs inattendus de la directrice générale et du directeur des ressources humaines au début du processus de négociation.

 

Du côté du syndicat, Sylvain Lizotte, conseiller syndical à la Centrale des syndicats démocratiques (CSD) déclarait ce qui suit : « En plus des augmentations de salaire, une majoration des différentes primes et l’ajout de postes permanents, il faut surtout souligner la mise à niveau des conditions de travail des employés surnuméraires de la Ville qui accusait un retard important face à leurs collègues réguliers ». La convention collective était échue depuis décembre 2018.  Rappelons que c’est la première convention collective négociée depuis que les employés municipaux se sont affiliés à la CSD.  « On a pu compter sur un comité de négociation tout neuf et un excellent travail d’équipe de la part de la présidente Véronique L’Heureux, du vice-président Alexandre Isabel et du trésorier Vincent Audet, tous à leur première expérience de négociation », d’ajouter M. Lizotte.

Toutes  les personens ayant contribuées à cette entente : (de gauche à droite) Jean Marcoux, directeur général à la Ville, M. Jacques Dostie, conseiller municipal et membre du comité ressources humaines, Me Charles Michaud, avocat pour la Ville dans la négociation, Marc-André Bédard, membre du comité de négociation-Ville, Mme Nancy Roy, membre du comité négociation- ville, M. Sylvain Lizotte conseiller syndical à la Centrale des syndicats démocratiques (CSD), Mme Véronique L’Heureux, présidente, Mme Manon Bernard, conseillère municipale et membre du comité des ressources humaines, M. Vincent Audet, trésorier du syndicat, M. Sylvain Roy, trésorier-adjoint VLM, Mme Julie Morin, mairesse, M. Alexandre Isabel, vice-président syndicat, Mme Andrée-Anne Aubry, directrice des ressources humaines à la ville et France Bergeron, membre du comité de négociation-ville.